Exemples d'initiativesOn en parle dans la presse

Retour sur une démarche d’innovation citoyenne : la ville de Laval

By 7 février 2013 octobre 17th, 2017 No Comments

Nous vous avions parlé de l’initiative d’ Innovation Citoyenne lancée sur la ville de Laval (cf ‘Innovation participative au service du citoyen’)

L’objectif était de proposer aux citoyens de la ville de pouvoir faire remonter leurs suggestions, bonnes idées  destinées à améliorer l’attractivité de la ville.

Un appel à idées fut lancé pendant 15 jours auprès des citoyens via la plateforme web que nous leur avions mise en place.

 Les résultats

En 15 jours, les citoyens ont pu proposer plus de 260 idées et générer plus de 200 commentaires.

Les écoles pouvaient également participer, ce qui fut l’occasion de réflexions créatives auprès d’enfants.

Pour récompenser les participants, une remise de prix fut organisée par la jeune chambre économique de Laval.

Les 3 meilleures idées des trois grands thèmes ont bien sûr été récompensées mais les organisateurs ont décidé de récompenser également les meilleurs contributeurs, c-a-d ceux qui se sont le plus impliqués en terme de commentaires, votes etc…

 Les résultats :

Parmi toutes les idées remontées, une s’est rapidement démarquée par le nombre de votes des internautes.

Fait intéressant, c’est une idée créative voire très originale qui propose d’installer un téléphérique entre le bas de la ville et le vieux Laval situé sur une colline.

A l’origine de cette idée, Laurent Vignais, un artiste créatif qui a sut détailler de façon très pointue tous les avantages de sa solution. Cerise sur le gâteau, une image a été jointe à la fiche idée pour montrer le rendu que cela pourrait avoir.

Un prix spécial du jury à été attribué pour l’idée d’un « championnat de France de jardins flottants ». Cette idée maline permettrait en effet à la ville de se garnir de composition florales flottantes amenées par des artistes, ce qui permettrait à la fois d’embellir à moindre coût la ville, tout en faisant une animation touristique.

 Quelques enseignements

Au delà des idées, on peut tirer quelques enseignements au travers de cette initiative :

  • L’efficacité de ce genre de démarche : il est possible en 15 jours de faire remonter plus de 250 idées à moindre coût  Ceci est à comparer avec l’organisation qu’il aurait fallu faire pour animer pendant 15 jours des ateliers physiques avec des citoyens dans chaque quartier.
  • Une bonne préparation est nécessaire : si la démarche a pu rencontrer ce succès, c’est en parti grâce à la grande préparation faite par l’équipe en charge de ce projet qui a su communiquer par différents canaux pour faire connaitre la démarche (radio, journaux, réunions)

Pas de communication = pas de participation

  • Une idée créative, décalée peut être acceptée par un grand nombre de personnes pour peu qu’elle soit assez détaillée et argumentée. Sans cela, le risque est de perdre le lecteur qui peut alors la considérer comme peu sérieuse.
  • La présence de personnes engagées au sein d’une communauté :  ces personnes ne sont pas forcément les plus connues. Le fait de proposer une démarche à laquelle chacun peut participer depuis chez lui, quand il le veut ou peut, permet d’engager des personnes qui n’auraient pas pu le faire par des moyens plus traditionnels.

Combien de personnes ne peuvent en effet pas venir aux réunions de quartier le soir ou le WE parce qu’ils doivent faire un choix entre leur famille et leur désir de faire avancer les choses pour leur ville. Le fait de leur donner un accès plus facile ouvre la porte à de nouvelles participations.
Les nouvelles technologies sont en ce sens un outil d’efficacité très intéressant.

  • Dans le cas du projet de laval, un ‘book’ de toutes les idées à été fait et envoyé à tous les partis politiques de la ville. Ceci permet ainsi de rendre public toutes ces idées pour qu’elles soient éventuellement ré-intégrées dans un programme politique officiel, quelque soit le parti. A mon sens, les idées d’amélioration du cadre d ‘une ville, faire qu’on s’y sente mieux, ne sont pas des idées de droite ou de gauche. Elles doivent dépasser ce cadre qui risque sinon de freiner l’adoption de certaines idées.

 

Voici donc un exemple de démarche citoyenne participative qui donnera peut être des idées à d’autres villes.

A qui le tour ? 😉

 

Fill out my online form

Leave a Reply